Les bâtiments ne pourront quasiment plus consommer d’énergie d’ici 2050

Allez-vous construire, rénover ou êtes-vous sur le point d’acheter une maison? Il peut alors être intéressant de garder un œil sur la législation. À l’avenir, nous devrons tous faire un usage plus efficace de l’énergie, et il vaut mieux garder cela à l’esprit maintenant!

Allez-vous construire, rénover ou êtes-vous sur le point d’acheter une maison? Il peut alors être intéressant de garder un œil sur la législation. À l’avenir, nous devrons tous faire un usage plus efficace de l’énergie, et il vaut mieux garder cela à l’esprit maintenant!

Nouvelle législation européenne

A partir de 2021, les nouveaux bâtiments ne seront pas autorisés à utiliser l’énergie pour le chauffage, le refroidissement et l’eau chaude. Ce n’est pas dans longtemps! Cependant, cette législation a été récemment renforcée, mais avec 2050 comme date butoir : les bâtiments existants devront également répondre à cette règle. Par exemple, les émissions de gaz à effet de serre doivent être réduites dans des proportions allant jusqu’à 95%. Il y aura sans aucun doute des coûts impliqués et vous pouvez en tenir compte lors de l’achat d’une maison, dès à présent. Bien que les primes atténueront sans aucun doute la détresse financière !

Adapté au pays

La décision a peut-être été prise au niveau européen, mais il appartient maintenant à la Belgique de traduire cela en un plan de route concret. Sans aucun doute, les rénovations énergétiques seront encore stimulées. En tant que consommateur, vous pouvez rénover à moindre coût, c’est bon pour l’environnement et cela augmente l’efficacité énergétique. Il n’y a donc que des gagnants.

Pour 10 places de stationnement, une borne de recharge électrique

Une autre ligne directrice importante? Les bâtiments équipés de places de stationnement disposeront d’une borne de recharge électrique pour 10 places de stationnement. De cette façon, les autorités espèrent susciter un engouement supplémentaire envers les véhicules électriques. Pour les entreprises de plus de 250 employés, il existe cependant une exception. La hausse des points de recharge est capitale pour le développement commercial des véhicules électriques.

Pouvez-vous remplacer vous-même les châssis de votre appartement?

Vous souhaitez installer de nouveaux châssis dans l’appartement que vous possédez. Pouvez-vous décider par vous-même ou avez-vous besoin de la permission de l’assemblée générale des copropriétaires ?

Vous souhaitez installer de nouveaux châssis dans l’appartement que vous possédez. Pouvez-vous décider par vous-même ou avez-vous besoin de la permission de l’assemblée générale des copropriétaires ?

Les châssis de votre appartement sont usés ou il n’y a encore qu’un simple vitrage. Vous souhaitez les remplacer. Mais pouvez-vous décider cela par vous-même?

Parties communes

Vérifiez d’abord dans les statuts du bâtiment si les châssis sont des parties privées ou communes du bâtiment. S’il s’agit de parties communes, vous ne pouvez pas décider de les remplacer. Cette décision doit alors être prise par l’assemblée générale des copropriétaires. Celle-ci décide des travaux avec une majorité des 3/4 des voix. Si vous souhaitez qu’une décision soit prise concernant le remplacement, demandez au responsable de l’immeuble de mettre ce point à l’ordre du jour de l’assemblée générale. Vous pouvez alors demander des offres pour permettre à vos copropriétaires de prendre des décisions plus éclairées.

Privatif

Si les châssis sont privatifs, vous pouvez en principe décider par vous-même de les remplacer. Gardez à l’esprit que les règles de copropriété ou le règlement d’ordre intérieur peuvent contenir des ordres stricts sur le style et l’harmonie du bâtiment. Si tel est le cas, vous devrez peut-être demander l’autorisation de l’assemblée générale pour remplacer les fenêtres.

Un refus… Et ensuite?

Si l’assemblée générale des copropriétaires n’est pas d’accord avec les travaux proposés, alors vous pouvez éventuellement aller voir le juge de paix. Dans ce cas, il est conseillé de consulter un avocat.

Rénover votre logement est désormais moins cher en Wallonie !

Bonne nouvelle pour les Wallons désirant rénover leur logement : les primes « Rénovation » et « Energie » sont revues à la hausse. Et pas qu’un peu ! On parcourt cela avec vous.

Bonne nouvelle pour les Wallons désirant rénover leur logement : les primes « Rénovation » et « Energie » sont revues à la hausse. Et pas qu’un peu ! On parcourt cela avec vous.

L’objectif est bien évidemment de répondre aux défis environnementaux. C’est pourquoi les montants des primes destinées aux économies d’énergie et à la rénovation des logements sont augmentés. Autres bonnes nouvelles : les superficies concernées sont également revues à la hausse, alors que les travaux déjà terminés peuvent bénéficier de cette prime ! On parcourt cela avec vous.

Les nouvelles primes sont en vigueur depuis le 1er mars 2018. Comme c’était le cas auparavant, le montant des primes dépend toujours des travaux et des revenus du ménage. Sachez aussi que la procédure est inchangée et que donc, vous devez envoyer un « avertissement préalable » avant d’entamer les travaux. Dès la réception de ce dernier document par l’administration, les travaux ont alors deux ans pour être réalisés. Enfin, dernier point qui a toute son importance : la première occupation du logement doit dater d’il y a plus de 20 ans. Si vos factures datent d’après le 1er novembre, vous pourrez bénéficier de ces primes, à condition que les demandes aient été reçues à partir du 1er mars 2018 et que les travaux aient fait l’objet d’un avertissement préalable.

Prime « Energie »

Celle-ci concerne l’isolation thermique du toit, des murs (uniquement par entrepreneur), du sol (uniquement par entrepreneur), d’un audit énergétique et l’installation d’un nouveau système de chauffage (par entrepreneur). Selon le type de travaux et les revenus du ménage, la prime peut être triplée par rapport à ce qui était d’application auparavant.

Prime « Rénovation »

Pour bénéficier de cette prime, le bien doit être reconnu « améliorable » par un estimateur public. Cette opération est gratuite et doit concerner des travaux relatifs à la toiture, à l’évacuation des eaux pluviales, à l’assèchement des murs, à la modification du circuit électrique, à l’assainissement général (assèchement ou renforcement des murs, installation d’une ventilation, élimination de la mérule…),… Ici encore, en fonction des travaux et des revenus du ménage, la prime peut être multipliée par trois.

Un bardage en bois pour votre façade : Pour ou contre ?

C’est à la mode et ça donne une apparence chaude à votre maison. Mais est-ce que le bardage bois est pour autant une bonne idée ? Oui… Et non. On décortique le tout avec vous !

C’est à la mode et ça donne une apparence chaude à votre maison. Mais est-ce que le bardage bois est pour autant une bonne idée ? Oui… Et non. On décortique le tout avec vous !

Copyright https://www.archdaily.com/

 

Un bardage en bois combine de nombreux avantages : outre une apparence authentique, il permet de réaliser des travaux d’isolation par l’extérieur. De plus, il est facile à travailler et un bricoleur averti pourra réaliser lui-même les travaux.

Les inconvénients

Avant de vous lancer dans ce nouveau projet, passez un coup de fil à votre commune. En effet, un permis d’urbanisme sera peut-être demandé et, dans certaines communes, ce type de bardage est tout simplement interdit ! Bref, mieux vaut prendre ses précautions avant. Sachez également que le bois, à quelques exceptions près, demande un entretien régulier qui peut devenir lassant à la longue. Enfin, si le bois n’est généralement pas la solution la plus onéreuse, certains types de bois peuvent rapidement faire grimper la facture.

Avant tout : Isolez !

Avant de placer votre bardage en bois, penser à isoler vos murs extérieurs. Cette isolation formera une couche tampon supplémentaire qui vous permettra de diminuer votre consommation d’énergie. Et tant qu’à faire, pensez à faire des photos des travaux et à garder les factures : dans le cadre d’un PEB, elles viendront bien à point !

Bien choisir votre bois

Il existe une grande quantité de types de bois. Et c’est bien là tout le souci, car s’y retrouver n’est pas toujours chose aisée. Le plus simple est encore de faire appel à un professionnel qui, en fonction de vos besoins et de votre budget, déterminera un bois adapté à votre façade. De manière générale, sachez qu’il existe diverses classes de durabilité et qu’au plus un bois est dur, au plus il résistera longtemps. Sachez également que si la vue d’un pot de lasure vous effraye, certains types de bois traités ne demandent quasiment pas d’entretien !

A faire par vous-même ou non ?

C’est toute la question. Techniquement, il n’y a rien de compliqué, y compris si vous avez la judicieuse idée de placer une isolation. Dans ce dernier cas, évitez de placer les lattes de bois trop près de l’isolation, pour des raisons d’humidité. Tous ces travaux sont à la portée d’un bricoleur averti mais sachez toutefois que, selon la façade, vous serez peut-être amené à travailler en hauteur. Ce qui signifie échafaudage, risque d’accident et… trouille bleue si vous avez le vertige !

10 conseils pour bien isoler votre maison

Avec l’hiver arrivant à grands pas, il est plus que jamais indispensable de disposer d’une habitation bien isolée. Sans cela, votre confort et vos factures énergétiques risquent d’en prendre un coup jusqu’au retour des beaux jours !

Avec l’hiver arrivant à grands pas, il est plus que jamais indispensable de disposer d’une habitation bien isolée. Sans cela, votre confort et vos factures énergétiques risquent d’en prendre un coup jusqu’au retour des beaux jours ! Bati-Info vous propose dix conseils pour améliorer l’isolation de votre maison en fonction de vos besoins et de votre budget.

 

 

1. Rénover votre toiture

Certes coûteuse mais particulièrement efficace, une rénovation de toiture est dans bien des cas la meilleure solution sur le long terme pour protéger efficacement votre habitation. En effet la toiture représente la première source de déperdition de chaleur avec 30% des pertes totales. Ce problème peut même être pire dans une habitation ancienne.

 

En fonction de votre budget, de vos objectifs et de l’état de votre toiture actuelle, le couvreur que vous aurez choisi vous proposera une rénovation totale ou partielle de votre toit. L’isolation de la toiture sera alors effectuée par l’extérieur (en utilisant une peinture protectrice ou des tuiles factices par exemple) et/ou par l’intérieur en installant un sous-toit, des panneaux isolants ou encore par soufflage.

 

2. Maximiser l’espace de votre grenier

Aménager votre grenier en pièce à vivre ou en espace de rangement permettra d’en améliorer les capacités isolantes et par extension celles de votre maison. L’isolation du sol notamment permettra de limiter les pertes calorifiques du reste de la maison.

 

3. Les murs, deuxième cause de déperdition thermique

Juste derrière la toiture, les murs constituent un autre élément à isoler en priorité. En effet ces derniers peuvent laisser échapper jusqu’à 25% de la chaleur de votre habitat.

 

Différentes traitements permettent d’isoler vos murs :

  • murs extérieurs/ façades : une couche est disposée à l’extérieur de la maison
  • murs creux : l’espace existant entre le mur extérieur et le mur intérieur est rempli avec un matériau isolant
  • traitement par l’intérieur : il s’agit la plupart du temps de panneaux ou de cloisons placés contre le mur.

 

4. Le plancher, garant de votre confort

Même s’il ne constitue pas une priorité en terme d’isolation domestique (7% des pertes calorifiques), un plancher bien isolé augmentera significativement le confort de votre foyer. Quoi de plus désagréable en hiver que d’avoir froid aux pieds dans sa propre maison !

 

Voici trois techniques couramment utilisées pour effectuer une isolation par le sol :

  • pose de panneaux isolants
  • application d’une mousse en polyuréthane (PUR)
  • coulage d’une chape isolante

 

Le choix de la technique dépendra ici de votre maison et de l’état du revêtement de sol existant.

 

5. Fenêtres/ châssis : stop aux courants d’air

Pouvant être une source importante de courants d’air et de déperdition thermique, chaque aspect de vos châssis et fenêtres doit faire l’objet d’une très grande attention :

  • le matériau de fabrication : le bois, l’aluminium et le PVC sont tous trois d’excellents isolants, tout dépendra ici du niveau de finition des châssis installés
  • Le type de vitrage : du simple au triple vitrage, la qualité de ce dernier impactera directement sur la température intérieure de votre maison
  • Contours et qualité des joints : vérifiez que la surface de contact entre vos châssis et les murs est parfaitement étanche et ne laisse pas passer de courant d’air. Le cas échéant n’hésitez pas à utiliser du silicone pour boucher les trous éventuels.

 

6. Identifier les « ponts thermiques »

Maillon souvent sous-estimé de la bonne isolation de votre maison, la recherche et le traitement des ponts thermiques permettront de parfaire la protection de votre habitation.

 

Les ponts thermiques sont des endroits du bâtiment ou existent des discontinuités au niveau de l’isolation. Ces “brèches” dans la protection thermique peuvent entrainer des pertes importantes. Il s’agit classiquement des jonctions de façades ou de percements effectués pour fixer les fenêtres.

 

7. Renouveler l’air ambiant

Le renouvellement de l’air ambiant est essentiel afin d’évacuer la vapeur produite à l’intérieur de la maison. Cette dernière est générée par les personnes et les animaux de votre foyer, vos tâches ménagères ou encore vos différents appareils électro-ménagers.

 

En l’absence de système de ventilation, cette humidité restera emprisonnée dans votre maison dont l’isolation accentuera encore le problème. Elle conduira à la détérioration des revêtements, l’apparition de moisissure ainsi que la présence de condensation sur vos vitres.

 

Pour ces raisons il est absolument indispensable d’installer un système de ventilation dans les salles d’eau (salle de bain), la cuisine, la pièce contenant votre lave-vaisselle ou lave-linge, etc.

 

Plusieurs solutions permettent de renouveler l’air ambiant, notamment :

  • les extracteurs
  • le tirage naturel
  • la ventilation mécanique contrôlée (VMC) à simple ou double flux
  • etc.

 

8. Changer votre équipement de chauffage

Dans certains cas, le problème ne vient pas nécessairement de l’isolation de votre maison mais de la façon dont la  chaleur est ressentie à l’intérieur de cette dernière. Un équipement de chauffage non homogène pourra ainsi créer des variations de température d’une pièce à l’autre et donner une impression de froid.

 

Chaudière, radiateur électrique, boiler… tout équipement de chauffage peut perdre de son efficacité avec le temps. Cette perte de puissance impactera directement votre consommation énergétique et sur vos factures… prudence donc ! A noter en plus de cela que l’augmentation constante des performances des modèles disponibles peut également justifier l’achat d’un modèle récent qui pourra être  rentabilisé en quelques années.

 

Entrée depuis quelques années dans notre quotidien, la technologie domotique permet désormais d’améliorer votre confort thermique et de réduire vos dépenses énergétiques. Elle peut entre autre diffuser la chaleur de façon intelligente en fonction de la présence de personnes et de l’utilisation de chaque pièce.

 

9. Quelques astuces simples

Certains trucs et astuces simples à mettre en œuvre peuvent améliorer l’isolation de votre maison sans pour autant entrainer de gros investissements, par exemple :

  • si vous disposez d’une fente dans votre porte d’entrée en guise de boite aux lettres : placez un coffrage à l’intérieur pour recevoir le courrier ce qui permettra par la même occasion de limiter les courants d’air ;
  • la plupart des portes donnant sur l’extérieur laissent passer un filet d’air plus ou moins important ; disposez des boudins de porte ou des bas de porte en silicone afin de limiter ce phénomène ;
  • pensez à fermer les portes entre les pièces de votre maison afin de limiter les appels d’air : ceci est particulièrement important pour les pièces donnant sur les couloirs, qui ne sont généralement pas dotées de radiateurs ;
  • identifiez les entrées d’air froid dans votre maison en effectuant le « test de la bougie » ; approchez pour cela une bougie allumée des bas de porte, jonctions de façade, percements dans vos murs, etc. si la flamme de la bougie se met à trembler ou se couche cela indique la présence d’un « fuite » à calfeutrer ;
  • si vous possédez une cheminée : pensez bien à poser un clapet pour la fermer ;
  • faites le tour de vos prises électriques et vérifiez qu’aucun courant d’air ne pénètre par leur biais ; remplacez également chaque prise obsolète par un boitier étanche.

 

10. Vérifier les aides, avantages et subsides disponibles

En fonction de la région dans laquelle vous habitez (Bruxelles, Wallonie, Flandre) et de la classification de vos travaux (amélioration, économies d’énergie, rénovation…) différentes primes et subsides peuvent être disponibles.

 

Pour connaitre les critères et la procédure afin de pouvoir bénéficier d’une ou de plusieurs aide(s) financière(s), contactez directement les autorités de votre région. La liste de ces services est disponible sur la plateforme Belgium.be.

 

En partenariat avec Batibouw+

{{NEWSLETTER_BOX}}